Le centre de documentation de l'ENSCi-Les Ateliers

Logo de l'École nationale supérieure de création industrielle

Née d’une volonté politique, l'ENSCi-Les Ateliers est la seule école nationale exclusivement consacrée à la création industrielle, au design et au design textile. Établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), elle est placée sous la double tutelle des ministères chargés de la Culture et de l’Industrie. À sa création, il s’agissait de rompre avec les modèles académiques en plaçant la création au cœur des préoccupations de la production industrielle et ainsi renouer avec l’esprit du Bauhaus ou du Black Mountain College.

Dès son origine, l’ENSCi-Les Ateliers a mis en place une pédagogie innovante basée sur le projet et le parcours individualisé, selon une approche centrée sur l’élève et son parcours, où les élèves sont acteurs de leur propre formation. À l’ENSCi-Les Ateliers, on « apprend par le faire » : on expérimente, on procède par itération, on manie les incertitudes. On apprend à gérer la complexité, à concevoir des usages et des systèmes dans une démarche socialement responsable. Cet environnement de production et de transmission du savoir reste ouvert 24h/24h toute l’année. C’est dans cet esprit que s’inscrit le centre de documentation.

La bibliothèque en quelques mots ?

Dès sa fondation en 1982, le centre de documentation a été pensé comme partie prenante de la pédagogie novatrice de l’École nationale supérieure de création industrielle, en tant qu’espace de recherche mais aussi initiateur de projets d’école et membre du concours d’entrée des futurs élèves. Lieu de ressources et de conseils, où la majeure partie des documents est en libre accès, c’est un espace chaleureux, dédié à la réflexion et à l’écriture : une parenthèse au sein d’une école en perpétuelle effervescence.

Le centre de documentation, au premier étage du 48 rue Saint-Sabin dans le 11e arrondissement de Paris. © Véronique Huyghe
Le centre de documentation, au premier étage du 48 rue Saint-Sabin dans le 11e arrondissement de Paris. © Véronique Huyghe

Les domaines concernés ?

Le fonds documentaire du studio documentation est composé d’environ 14 000 documents (principalement des livres), d’une documentation spécialisée en design, des archives papier de l’école (publications, productions graphiques, brochures...), de quelques documents audiovisuels (DVD, CD) et de tous les mémoires de fin d’études.

Avec une classification « maison » très visuelle pour faciliter l’accès aux documents, le centre de documentation tente de faire tomber les barrières entre les futurs designers (aux origines scolaires et culturelles très variées) et le monde du livre et de la pensée.

La classification des documents par domaine
La classification des documents par domaine

Les livres

Bien que le fonds soit « orienté design », il ne s’agit pas d’un centre de recherche sur le design. Il s’adresse avant tout à des élèves curieux du monde qui les entoure. L’équipe est là pour les aider à enrichir leur pensée, à se documenter et à appréhender une méthodologie de recherche. Même si la section design est particulièrement riche et variée (histoire du design, histoire des objets, monographies de designers, essais sur le design, catalogues d’expositions, ergonomie, éco-design, numérique et interaction, etc.), l’accent a toujours été mis sur les différents champs des sciences humaines (sociologie, philosophie, anthropologie, ethnologie, etc.) car le designer a besoin d’interroger des disciplines transverses, de s’en saisir afin de vérifier ses intuitions.

Actuellement, le centre de documentation intègre dans son fonds tous les ouvrages du département textile (histoire de la mode et des textiles, techniques, textiles innovants, etc.).

La catégorie « Sciences humaines » et ses sous-thèmes. © Véronique Huyghe
La catégorie « Sciences humaines » et ses sous-thèmes. © Véronique Huyghe
 

Les revues

Le centre de documentation possède également une collection de périodiques spécialisés en design de différents pays ainsi qu’en architecture, art, sciences humaines, graphisme, littérature, sciences et techniques.

Il est actuellement abonné à une vingtaine de journaux et magazines issus de différents domaines qui permettent, entre autres, de se tenir informé de l’actualité du design.

Quelques périodiques sur le design. © Véronique Huyghe
Quelques périodiques sur le design. © Véronique Huyghe

Les 950 mémoires de fin d’études (création industrielle et design textile)

Le mémoire constitue la première étape de la phase diplôme, qui en compte deux : le mémoire et le projet de design. Il offre à l'élève un temps de réflexion durant six mois pour « écrire », avec le soutien d'un directeur de mémoire, un essai, un roman, une pièce de théâtre, un film vidéo, un site internet, une exposition ; à l'élève d'en définir la forme. Les champs interrogés sont multiples, passés par le prisme du design. De cette réflexion naît une pensée construite et originale.

Tous les mémoires sont consultables au centre de documentation, sur rendez-vous.

Quelques mémoires de fin d’études. © Véronique Huyghe
Quelques mémoires de fin d’études. © Véronique Huyghe

La particularité du lieu ?

La documentation, avec son beau mobilier de designer (Alvar Aalto, Arne Jacobsen, Jean Prouvé, Marcel Breuer…) est un lieu accueillant où l’on peut prendre le temps de lire, de feuilleter, de s’évader, de s’inspirer.

« L’espace tatami » permet de lire autrement et de reposer l’esprit bouillonnant des apprentis designers.

« L’espace tatami ». © Véronique Huyghe
« L’espace tatami ». © Véronique Huyghe

Les documents les plus consultés/demandés ?

Les livres consultés par les élèves sont, bien entendu, le reflet de leurs préoccupations et des champs qu’ils souhaitent investir, tout particulièrement au moment de leur mémoire. Ces choix nous renseignent, en filigrane, sur les questions qui animent aujourd’hui le design. Ainsi, on décèle un intérêt tout particulier pour les mutations des sociétés, les migrations, l’écologie, les nouveaux moyens de fabrication, de construction, pour les nouvelles économies (économie circulaire, économies de « partage »…), pour les nouveaux médias, les nouvelles technologies, l’invasion du numérique ; une interrogation sur l’objet, la forme, la trace, le geste, dans une dimension plus « plastique » ; une place pour un questionnement - parfois assez proche de l’introspection - sur la créativité, sur le « faire », sur leurs démarches de designer. C’est ainsi que certains auteurs (philosophes, sociologues, historiens, anthropologues, historiens d’art, poètes, etc.) paraissent incontournables aujourd’hui. Dans le désordre : Rosalind Krauss, Hannah Arendt, Tim Ingold, Michel de Certeau, Victor Papanek, Richard Sennett, Gilbert Simondon, André Leroi-Gourhan, Yves Citton, Roger Caillois, Gaston Bachelard, Alessandro Mendini, Ettore Sottsass, Pierre-Damien Huyghe, Jean-Christophe Bailly, Walter Benjamin, Jean Baudrillard, Anne Cauquelin, Gilles Deleuze, Bruno Latour, Bernard Stiegler, Fernand Deligny, Aby Warburg, Georges Didi-Huberman, Jeremy Rifkin, Patrick Bouchain, Vilem Flusser, Claude Levi-Strauss, Georges Perec, Bruno Munari, Andrea Branzi, etc. pour n’en citer que quelques-uns.

L’outil phare, le projet du moment ?

L’ENSCi est en train de revoir entièrement son site internet. Le portail du centre de documentation n’échappe pas à cette refonte. L’équipe cherche à déployer un espace qui puisse être à la fois un outil pratique pour les élèves (un catalogue, des liens thématiques, etc.) et une entrée sur le monde du design tel qu’il est pratiqué à l’école pour les personnes extérieures. Ainsi, seront mis en avant les mémoires, les événements organisés par le centre de documentation, la revue de presse mensuelle, la sélection des concours de design…

Le centre de documentation, co-initiateur de Design en séminaire, programme aussi des conférences, des présentations de livres avec À l’invitation, dont l’idée est de présenter un ouvrage à la manière d’un projet de design où tous les contributeurs sont réunis pour échanger avec le public (auteur, éditeur, etc.). Ces rencontres sont ouvertes au public.

Une pièce maîtresse des collections, un trésor ?

Le centre de documentation ne possède pas à proprement parler de « trésor », l’intérêt réside surtout dans l’existence de corpus cohérents. Néanmoins, deux documents méritent d’être signalés car difficilement consultables ailleurs :

  • Andrea Branzi, Le design italien : la casa calda, L’Equerre, 1985.
    Ce livre raconte pour la première fois le long voyage du design et des arts appliqués en Italie : polémiques réformistes du XVIIIe siècle, expériences liées au mouvement Bauhaus, mouvement moderne, design radical, recherches d'avant-garde des 15 dernières années… Édition française de La casa calda. Esperienze del Nuovo Design Italiano, d’Andrea Branzi, édité par Idea Books en 1984.
  • Les catalogues Formes Utiles de l’Union des Artistes Modernes, édités par le Salon des Arts ménagers entre 1949 et 1981.

Une sélection des plus beaux documents. © Véronique Huyghe
Une sélection des plus beaux documents. © Véronique Huyghe

L'équipe

Françoise Hugont, responsable de la documentation
francoise.hugont @ ensci.com / 01 49 23 12 40

Émilie Vabre, documentaliste
emilie.vabre @ ensci.com / 01 49 23 12 39

Informations pratiques

Centre de documentation de l’ENSCi-Les Ateliers
48, rue Saint-Sabin
75011 Paris

La documentation de l'ENSCi-Les Ateliers vous accueille et vous conseille du lundi au vendredi de 9h30 à 18h, sauf le jeudi matin. Elle est ouverte aux chercheurs et aux étudiants sur rendez-vous.

 

Françoise Hugont et Émilie Vabre,
centre de documentation de l'ENSCi-Les Ateliers

Publié par Ludivine SCHOTT le 9 mai 2018 à 10:00

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires