Damien Tellas, sur les traces de Michel Dorigny

Damien Tellas est étudiant en Master 2 en histoire de l'art à l'Université de Paris-Sorbonne.

Il prépare actuellement un mémoire sur Michel Dorigny (1616-1665), collaborateur de Simon Vouet, sous la direction d'Alain Mérot, accompagné du premier catalogue raisonné de l'artiste. On espère ainsi que sera publiée une première monographie sur cet artiste du Grand Siècle français.

Vous en quelques mots ?

J’ai 24 ans, et je suis un fidèle étudiant de Paris IV. Je suis cette année en deuxième année de Master et je me suis spécialisé sur ce que j’aime le plus depuis le début de mes études, la peinture française du XVIIe siècle.

Votre fréquentation de la bibliothèque ?

Au moins deux fois par semaine, sans compter les passages au département des Estampes et de la Photographie de la BnF.

Plutôt salle Labrouste ou magasin central ?

Le magasin central, sans hésiter ! On y est au cœur de la bibliothèque, entouré de tant d’ouvrages, mais avec la possibilité de trouver un coin reclus, très calme ce qui est nécessaire pour travailler. Puis l’ambiance métal et bois foncé est parfaite.

Une grande trouvaille dans les collections ?

On m’avait montré une vieille photocopie d’un dessin qui m’intéressait, mais sans aucune annotation. J’ai mis un an et demi à le chercher. Récemment, grâce au libre-accès du magasin central, je suis tombé sur un catalogue d’exposition de la Christ Church à Oxford : j’ai retrouvé le dessin dedans, et même un deuxième !


Michel Dorigny (1616-1665), Étude préparatoire pour un projet de plafond au château de Vincennes, Christ Church College (Oxford). Cliché Damien Tellas/Instagram

Votre sujet du moment ?

Je travaille sur le peintre et graveur Michel Dorigny, le plus proche des collaborateurs du grand Simon Vouet, et dont l’œuvre a trop souvent été confondu avec celui de ce dernier. Je prépare une monographie et un catalogue de l’œuvre qui ne cesse de prendre de l’ampleur et compte pour l’instant près de 400 notices (peintures, gravures et dessins).

Des souhaits de nouveaux services à la bibliothèque ?

Dire adieu au CTLes ! Il s'agit d'une institution qui conserve à Marne-la-Vallée une partie des collections des bibliothèques de l'enseignement supérieur parisiennes, dont celle de l'INHA. Il faut attendre plusieurs jours avant de pouvoir consulter les documents qui y sont conservés.

Céline Cachaud
Service du Patrimoine

Enregistrer

Publié par Céline Cachaud le 6 avril 2017 à 16:00

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

Sous les coupoles

Bienvenue sur le blog de la bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art

Lire la suite

Suivez-nous

Archives