Le fonds d'archives Van der Feer-LadèrUne source pour les historiens de la peinture nordique ancienne et moderne

La bibliothèque de l'INHA - collections Jacques Doucet conserve, parmi ses fonds d'archives, des fonds d'historiens de l'art, de critiques, mais aussi de galeristes et de marchands. Parmi ces derniers, le fonds Van der Feer-Ladèr (Archives 89) a été classé et inventorié en 2011-2012 par Léonard Pouy. Doctorant en histoire de l’art aux universités Paris-Sorbonne et de Genève, chargé d'études et de recherches à l'INHA entre 2010 et 2014, celui-ci est l'auteur de l'article qui suit :

La documentation photographique au service de l’histoire de l’art

Parmi les différents outils à disposition de l’historien de l’art, du conservateur de musée ou de l’expert et du marchand, la documentation iconographique compte comme l’un des plus précieux. Rares sont en effet les fonds documentaires à pouvoir répondre des trois principaux critères qui font leur qualité soit, tout d’abord, l’ancienneté, en ce qu’ils doivent être capables de rendre compte de l’historique et de la provenance parfois lointaine des œuvres; l’actualité ensuite, de par les différents changements d’attribution et de collection que ces mêmes œuvres peuvent encore subir ; enfin, l’organisation, dont dépend leur efficacité.

Ceci explique que le prestigieux RKD de La Haye, soit l’équivalent néerlandais de l’INHA, se soit institutionnellement constitué autour de sa collection iconographique, et ait fait de sa valorisation la priorité de son activité scientifique. De même, si les professionnels parisiens peuvent aujourd’hui compter sur les collections du service d'étude et de documentation du département des Peintures du musée du Louvre, fondé en 1936 et développé par Jacques Foucart, nombreux sont encore ceux à s’arracher à prix d’or les différentes documentations dont d’autres ont souhaité se séparer. De par l’étendue de ses collections, la bibliothèque de l’INHA n’est pas en reste et l’on peut se féliciter de la récente acquisition du fonds Van der Feer-Ladèr en ce qui concerne la peinture nordique ancienne et moderne.

Christiaan van der Feer-Ladèr (1886-1951)

Passé par le Collège de France et faussement intitulé « fonds Wilkinson » jusqu’en 2007, ce fonds nous provient de la veuve de son producteur, le marchand d’art utrechtois Christiaan « Cees » van der Feer-Ladèr, qui l’a rassemblé au gré de sa carrière.

Né en 1886 à Vreeland, bourg situé entre les villes d’Amsterdam et d’Utrecht, Van der Feer-Ladèr hérite d’une petite collection de dessins qu’il s’attache à compléter à partir de 1921. C’est à cette époque qu’il fait à Rome la rencontre de sa future épouse, la peintre allemande Else Lohmann (1897-1984), tandis que tous deux parcourent l’Europe, notamment l’Italie, dans le but d’enrichir leur culture artistique. De retour aux Pays-Bas, s’il se sépare progressivement de certains de ses dessins à l’occasion de ventes à la fin des années 1920, c’est pour mieux s’intéresser à la peinture et aux objets d’art. En 1941, il s’établit enfin comme marchand à Baarn, près d’Utrecht, où il réside depuis 1936. Outre la présence d’un lot d'invitations adressées au couple, l’attribution du fonds à Van der Feer-Ladèr s’explique avant tout par la datation de ses documents les plus récents à 1951, année de décès du marchand, sa collection étant dispersée à Amsterdam en octobre 1952, à l’occasion d’une vente.


Documents issus du fonds van der Feer-Ladèr, bibliothèque de l'INHA, archives 89. Cliché INHA

Un fonds consacré à l’art nordique

Composé de plusieurs ensembles, le fonds consiste donc principalement en la documentation iconographique rassemblée en 23 cartons et 10 classeurs par Christiaan Van der Feer-Ladèr tout au long de sa vie de collectionneur et marchand d’art, spécialisé dans la peinture flamande et néerlandaise, du XIVe au XVIIIe siècle.

Celle-ci se répartit en 488 dossiers d’artistes réunis au sein de 16 cartons rassemblant au total près de 2300 reproductions d’œuvres, du peintre de nature morte Alexander Adriaenssen (1587-1661) au célèbre peintre de marines Reinier Nooms (v. 1623-1664), surnommé « Zeeman ». Là où certains artistes rares ou peu connus ne sont parfois représentés que par quelques pièces, d’autres, tels Rubens ou Rembrandt, se voient consacrer des boîtes entières. L’art moderne n’est toutefois pas en reste, avec près de 1000 reproductions réparties en 4 cartons et 74 dossiers d’artistes souvent méconnus des Français, de Johannes Aarts (1871-1934) à Cornelis Zwaart (1889-1932).

Ces deux premiers ensembles, formant le cœur de la documentation, comportent à chaque fois une courte notice biographique en couverture et rassemblent un grand nombre de pièces pouvant être des photographies originales ou des reproductions découpées dans des revues et des catalogues de ventes, contrecollées sur du papier cartonné et légendées à la main. 7 classeurs rassemblent enfin l’art des maîtres étrangers ; tandis qu’un autre carton porte sur l’architecture et la sculpture, trois autres concernent pour leur part les arts graphiques et décoratifs. Chaque dossier s’ouvre sur une liste indexant son contenu, classé par noms d'artistes selon un ordre alphabétique facilitant leur consultation, aujourd’hui accessible à l’ensemble des lecteurs de la bibliothèque.


Documents issus du fonds van der Feer-Ladèr, bibliothèque de l'INHA, Archives 89. Cliché INHA

En savoir plus

La consultation des fonds d'archives conservés à la bibliothèque de l'INHA s'effectue sur réservation le mardi et le jeudi après-midi, dans le cadre des rendez-vous patrimoine.

Références bibliographiques

 

Léonard Pouy

Doctorant en histoire de l’art, universités Paris-Sorbonne et de Genève

Publié par lflejou le 30 juillet 2015 à 13:00

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

Sous les coupoles

Bienvenue sur le blog de la bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art

Lire la suite

Suivez-nous

Archives