L'Atelier de reliure et de restauration de la bibliothèque de l'INHA

Travaux réalisés par l'atelier de reliure et de restauration. Cliché Valérie Le Morvan - INHA

Destinée à prolonger la durée de vie des ouvrages en les protégeant ainsi qu'à mettre en valeur certains documents anciens ou précieux, la reliure est une activité essentielle au sein des bibliothèques. Jusqu'à aujourd'hui, la reliure des ouvrages de la bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art (INHA) était confiée à des prestataires extérieurs. Depuis le mois d'avril 2016, suite à l'intégration des personnels et des collections de la bibliothèque centrale des musées nationaux (BCMN), un atelier de reliure et de restauration est installé au sein de la bibliothèque et prendra en charge une partie de ces travaux.

Initialement implanté au sein du palais du Louvre, l'histoire de cet atelier remonte à la création de la BCMN, où il trouve son origine il y a bientôt un siècle.

Aux origines de l'atelier : la reliure à la BCMN

Les premiers travaux de restauration commencent à la BCMN en 1912 avec le détachement d'un « gardien-relieur », un gardien affecté en partie aux travaux de réparation des documents. La reliure des ouvrages était à cette époque confiée à des artisans parisiens, entraînant une accumulation de retard et donc des difficultés quant à la disponibilité de certains documents. L'activité interne dédiée à la reliure s’accélère avec l'arrivée d'une archiviste paléographe, Lucie Chamson, nommée à la tête de la BCMN en 1926, période à laquelle l'atelier s'installe en même temps que la nouvelle salle de lecture de la bibliothèque au second étage du Pavillon des arts.


Matériel pour la réalisation des reliures : papiers marbrés et fils de soie. Cliché Valérie Le Morvan - INHA

La politique de reliure interne se développe de manière importante après la Seconde Guerre mondiale, suite aux nombreux déménagements qui détériorèrent une partie des ouvrages. Cela permet également de rattraper le retard pour la reliure des périodiques étrangers, alors de plus en plus nombreux. Jusqu'aux années 1990, les activités de l'atelier de la BCMN sont ainsi principalement centrées sur des travaux de reliure de conservation de fascicules de périodiques. Peu à peu, les activités de reliure se sont étendues aux monographies, aux catalogues de musées ainsi qu'aux catalogues de vente. Exceptionnellement, l'atelier réalisait également des travaux de reliure « soignée » et des travaux de restauration.

Une diversification progressive des activités de l'atelier à la BCMN

Avec l'expérience et l'expertise des techniciens, les activités de l'atelier évoluent progressivement vers la restauration des collections reliées, particulièrement celle des catalogues de Salons mais aussi celle des ouvrages rares, anciens et précieux, dont celle provenant de la bibliothèque des Menus plaisirs du roi.


Exemple de reliure "soignée" réalisée pour La Ceinture de Vénus de Dominique Durandy, un exemplaire à tirage limité, dédicacé par l'auteur, imprimé sur papier pur fil. Cliché Coline Bidault - INHA

De plus, avec la mise en place du réseau des bibliothèques des musées nationaux, dont la BCMN faisait partie,  l'atelier est amené à réaliser des travaux pour ces institutions, à raison de 10% du quota des travaux annuels, système qui perdure aujourd'hui. L'atelier a ainsi notamment déjà collaboré avec le musée Gustave Moreau pour la reliure d'un ouvrage destiné à être exposé mais aussi avec la bibliothèque du musée de Port-Royal des Champs.


Exemple de travail de reliure réalisé pour les musées nationaux, avant / après. Cliché Valérie Le Morvan - INHA

En 2011, deux techniciennes de l'atelier ont été formées à la dorure, permettant de réaliser en interne le titrage des reliures, activité qui était auparavant confiée à un prestataire extérieur.


Dorure à la feuille d'or pour le titrage d'un ouvrage. Cliché Valérie le Morvan - INHA

Depuis 1950, les effectifs de l'atelier ont oscillé entre 3 et 6 personnes, coordonnées par un chef d'atelier. En 1968, les activités de l'atelier s'étendent et un second espace est aménagé « à titre provisoire » dans un magasin, qui finalement perdura jusqu'à 2016 et au déménagement de l'atelier vers la bibliothèque de l'INHA, au sein du site Richelieu.

Le rôle de l'atelier au sein de l'INHA

Aujourd'hui, cet atelier de 5 agents dont 4 techniciens d'art continue ses activités : reliure courante ou soignée, restaurations de reliures anciennes, restaurations et consolidations de documents manuscrits, dorure sur cuir, ainsi que du conditionnement sur mesure afin d'assurer une bonne conservation de documents fragiles.


Conditionnement sur mesure réalisé pour un folioscope de très petit format (8,5 × 5.5cm). Cliché Valérie le Morvan - INHA

L'exécution des travaux se fait en concertation avec le conservateur responsable des collections, à la fois dans une visée de protection mais aussi de mise en valeur. Il s'agit d'augmenter la durée de vie de l'ouvrage tout en respectant son intégrité, le choix de l'intervention se fait donc au cas par cas.


Consolidation de feuillets avec du papier Japon. Cliché Valérie Le Morvan

Depuis son arrivée à l'INHA en 2016, l'atelier de restauration se consacre à la préparation du déménagement des collections, en particulier les ouvrages destinés au libre-accès. L'atelier est intégré au nouveau service de la conservation et des magasins, organisé en quatre filières de traitements : préservation, petites réparations, reliure et restauration et maintenance des collections. Ses missions de conservation et de remise en état des reliures vont se poursuivre sur les monographies et les périodiques des collections courantes (libre accès et magasins fermés) mais vont aussi connaître une évolution notable vers le traitement des collections patrimoniales de l'INHA.

Pour célébrer l'ouverture de la nouvelle bibliothèque en salle Labrouste, un livre d'or a été réalisé par l'atelier : il se trouve à l'entrée du magasin central à la disposition des lecteurs et visiteurs.


Livre d'or réalisé pour la réouverture de la bibliothèque. Cliché Ludivine Schott - INHA

 

Coline Bidault et Valérie Le Morvan

Service de la Conservation

Publié par Céline Cachaud le 22 décembre 2016 à 14:30

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

Sous les coupoles

Bienvenue sur le blog de la bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art

Lire la suite

Suivez-nous

Archives