Journées européennes du patrimoine 2021Exposition « L'art pour tous ! », 18-19 septembre 2021

Anonyme, Homme et son chien, anamorphose, encre et aquarelle sur carton, XVIIIe siècle (détail), bibliothèque de l'INHA, OA 690. Cliché INHA

Cette année, la 38e édition des Journées européennes du patrimoine a pour thème « Patrimoine pour tous ! ». Elle se tiendra les samedi 18 et dimanche 19 septembre 2021.

 

À cette occasion, la bibliothèque de l’INHA présente une sélection de documents évoquant par quels moyens, au XIXe siècle, l'art et le patrimoine viennent au grand public. L'un de leurs vecteurs les plus populaires sous l'Ancien Régime et pendant une bonne partie du XIXesiècle est le montreur d'optique, personnage parcourant les villes et les campagnes pour présenter des images curieuses du vaste monde dans des boîtes lumineuses. La bibliothèque conserve un certain nombre de ces images : anamorphoses, vues d'optique et, depuis peu, un petit peepshow (équivalent anglo-saxon de la boîte d'optique) portatif, en carton lithographié à soufflets de toile. Toutes ces images, qui attiraient un public très large – riches et pauvres, jeunes et vieux –, l'initiaient à la fois aux phénomènes optiques et lumineux, à la représentation artistique et au patrimoine du monde entier.

 Thomas J. Rawlins, Lane's Telescopic View of the Ceremony of Her Majesty Opening the Great Exhibition of All Nations, lithographies aquarellées, 1851, bibliothèque de l'INHA, 12 Res 2139. Cliché Michael Quemener
Thomas J. Rawlins, Lane's Telescopic View of the Ceremony of Her Majesty Opening the Great Exhibition of All Nations, lithographies aquarellées, 1851. Paris, bibliothèque de l'INHA, 12 Res 2139. Cliché Michael Quemener

Parfois, le public était invité à participer à de grandes processions festives (professionnelles, caritatives), inspirées des processions princières d'Ancien Régime. Par le déguisement, le chant, la danse, il incarnait alors, à proprement parler, son patrimoine culturel réel ou fantasmé. Ces événements donnaient lieu à des publications spectaculaires, comme les rouleaux de la fête des vignerons de Vevey, dont la bibliothèque possède de nombreux exemples.

Musée des familles, 1833, bibliothèque de l'INHA, 295 T 1. Cliché INHA
Musée des familles, 1833. Paris, bibliothèque de l'INHA, 295 T 1. Cliché INHA

Beaucoup d'esprits cultivés cherchent à instruire les Français à l'aide de publications adaptées. Le Musée des familles, qui paraît pour la première fois en 1833, offre une lecture du soir bon marché mais d'une remarquable qualité, richement illustrée, au contenu encyclopédique, rédigée par les meilleurs écrivains du moment. Les revues de mode, à destination des familles ou des demoiselles, contiennent souvent des articles d'initiation à l'histoire de l'art, ou témoignent par leurs réclames du goût de leur lectorat pour les reproductions d'œuvres d'art. À l'initiative du Petit journal, le premier guide du musée du Louvre à l'usage des visiteurs, expliquant en détail le contenu de chaque salle et l'intérêt de ses principales œuvres, paraît en 1867...

L'exposition sera visible tout le weekend dans l'allée centrale de la bibliothèque, salle Labrouste, de 10h à 19h.

En savoir plus

 Jérôme Delatour
service du Patrimoine

Publié par Jérôme DELATOUR le 17 septembre 2021 à 15:10

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

Sous les coupoles

Bienvenue sur le blog de la bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art

Lire la suite

Suivez-nous

Archives